jeudi 18 mars 2010

Texte présenté lors de la cérémonie de l'engagement de l'ingénieur 2010

Madame et Messieurs les gardiens,

Distingués invités,

Dévoués parents et amis,

Chers futurs collègues ingénieurs,



En tant que doyen de la Faculté des sciences et de génie de l’Université Laval mais aussi en tant qu’ingénieur, je suis honoré aujourd’hui par votre invitation à participer à ce rite de passage, à cette cérémonie de votre engagement envers la profession que vous avez choisie, celle d’ingénieur.


Dans un premier temps, je tiens à féliciter sincèrement chacun d’entre vous de votre réussite.

Le chemin parcouru aura été certes semé d’embûches et de défis.

Par contre, votre présence aujourd’hui témoigne de votre ténacité, de votre capacité à apprendre et votre goût pour la réussite.

Entre vous et moi, j’aime à penser que si le processus qui permet de devenir ingénieur est exigeant c’est parce que les défis que nous avons à relever peuvent être de nature à réaliser des rêves !

Je me réjouis de vous voir en si grand nombre venus témoigner publiquement devant vos pairs, vos amis et vos parents votre engagement en la profession et votre volonté à respecter ses valeurs humaines, sociales et professionnelles.

Votre présence aujourd’hui démontre que vous adhérez à ces valeurs et que vous approuvez qu’elles guident à l’avenir votre code de conduite.

Comme vous le savez, la profession d’ingénieur s'exerce dans de nombreux secteurs d’activité et qui a de profondes répercussions sur l’humanité, la planète et le bien-être collectif. À cet égard, les récents tremblements de terre d’Haïti et du Chili démontrent bien l’importance de bien concevoir les infrastructures, les réseaux électriques et de télécommunications, etc. Tous des secteurs dans lesquels on retrouve des ingénieurs.

Vous êtes celles et ceux sur qui on compte beaucoup au Québec pour se développer de façon durable. Je suis convaincu que la formation que vous avez maintenant acquise vous a rendu apte à remplir cette importante mission.


Cependant, je ne crois pas vous étonner en soulignant que, même si nous vous avons aidé à bâtir une solide fondation scientifique et technique et que vous avez su développer de nombreuses habiletés, il vous faudra rapidement en assimiler d’autres : parce que la technologie évolue vite, mais aussi parce que vous pourriez avoir à intervenir, en gestion, en affaires, en protection de l’environnement, ou en relations internationales par exemple.

Nous vivons de plus en plus dans un monde qui change, ce qui fait que tout au long de votre carrière, vous aurez à faire face au changement.

En effet, même au 5e siècle av JC le philosophe grec Héraclite disait qu’une seule chose est constante, permanente, c'est le changement.

Sauf qu’aujourd’hui, le changement se fait de plus en plus à vitesse grand V!

Et permettez-moi de vous illustrer ce constat au moyen de quelques exemples.

J’ai plus de mémoire dans mon iPod nano que dans celui de l’ordinateur qui a guidé les astronautes sur la lune!

Depuis votre entrée à l’université, nous sommes passés, à peu près en 5 ans, du iPod, au iPod nano, au iPod touch, au iPhone et maintenant au iPad !

En 2005, Apple vendait 10 millions de IPod. En 2010, 10 fois plus soit,100 millions !

Un autre exemple plus près de nous, plus près de moi certainement, les interfaces graphiques qu’on utilise maintenant pour entrer les données dans nos logiciels de simulation et visualiser les résultats obtenus. Et ici, je me permets une parenthèse. Vous savez, j’étais à votre place en 1985. Ça fait dont 25 ans cette année que je suis devenu ingénieur. Et là, j’en entends plusieurs rigoler et se dire, mais mon Dieu, il est donc bien vieux lui! 1985, c’est le siècle dernier, c’est le millénaire précédent, j’étais même pas au monde! Mais je vous préviens, ne riez pas trop fort, vous allez voir que le temps passe vite, pas mal vite, quand on choisit une profession qui nous passionne.

En 1985, on démarrait les ordinateurs à partir d’une disquette. Les logiciels qu’on utilisait étaient aussi sur une disquette. Ils n’étaient pas installés sur le disque dur de l’appareil. On construisait nos modèles de calcul à la main, souvent on dessinait la pièce sur du papier à l’échelle et on entrait les données dans un fichier. On n’avait pas non plus ces outils de visualisation de résultats dont on dispose aujourd’hui. Maintenant, on est tous habitués à voir des animations des systèmes météo à la télévision, on a ça tous les soirs aux nouvelles. Tout ça n’existait pas en 1985. Les résultats, c’étaient des colonnes de chiffres qu’on devait interpréter. Pas besoin de vous dire que nos modèles n’étaient pas très gros et que le nombre et la position de points de calcul étaient choisis de façon très judicieuse.

En somme, les choses ont changé et elles continueront de le faire. Sauf que pour vous, le changement sera votre quotidien, s’y adapter ne sera pas suffisant. J’ose plutôt croire que vous en serez les principaux architectes, les premiers agents de changement, ceux et celles qui façonneront l’après-demain.



Pour ce faire, je me fais le porte-parole de vos parrains et de vos marraines qui vous accompagnent, en espérant que vous entretiendrez votre curiosité et votre sens de l’émerveillement afin de ne pas perdre le feu sacré, ingrédient essentiel à votre réussite.

Suivez les pas d’Einstein qui disait que : L'imagination est plus importante que le savoir. Einstein, dont nous soulignerons l’anniversaire demain, disant aussi, sans doute pour encourager son entourage, Ce n’est pas que je suis si intelligent, c’est que je reste plus longtemps avec les problèmes.

En fait, si à l’Université nous vous avons appris à apprendre, nous aurons accompli la plus grande partie de notre mission, nous vous aurons appris à être des agents de changement. Cette détermination à apprendre vous permettra de prétendre à une diversité de fonctions, à poursuivre des études aux cycles supérieurs ou encore à créer de toutes pièces l’entreprise dont vous rêvez depuis, en un mot, faire face aux changements.

En cette journée très spéciale, nous sommes tous très fiers de vous et nous espérons que vous quittez, fiers aussi de l’institution qui vous a permis d’atteindre les objectifs que vous vous étiez fixés. Soyez fier de votre formation et faites le savoir.

N’oubliez pas votre Alma Mater, l’Université Laval; elle est fière de vous, mais elle aura aussi besoin de vous dans le futur comme ambassadeurs et ambassadrices.

Avant de terminer cette section sur le changement, permettez-moi d’en souligner un moins positif. Je veux ici parler de la série Montréal-Québec. Nous en 1985, on avait de vraies séries Montréal-Québec! Souhaitons que ça aussi, ça changera bientôt.


Avant de conclure, je souhaite profiter de cette tribune pour vous sensibiliser à la question de l’éthique. Au cours des derniers mois, la profession d’ingénieur a été malmenée sur la scène publique québécoise et notre réputation a été entachée.

Il appartient à chacun de nous de prendre ses responsabilités en matière d’éthique.

Il existe un code de déontologie des ingénieurs qui précise nos devoirs et nos obligations envers le public et nos clients, les dispositions déterminant les actes dérogatoires à la dignité de la profession, les fonctions incompatibles avec les valeurs dont nous parlons depuis tout à l’heure.

Je vous invite donc à faire preuve de prudence, de bon jugement et d’honnêteté dans votre attitude et votre comportement avec autrui.

Vous avez appris à calculer des facteurs de sécurité, des marges de sécurité qui vous indiquent que votre conception est adéquate. Gardez donc aussi une grosse marge de sécurité face aux questions éthiques.

Selon, Honoré de Balzac : On respecte un homme qui se respecte lui-même.


En terminant, en votre nom à tous, je me permets également de remercier chaleureusement vos parents et vos amis qui de différentes manières ont contribué au succès que nous célébrons aujourd’hui.

Je voudrais également profiter de cette occasion pour témoigner ma reconnaissance aux professeurs et membres du personnel de la communauté facultaire qui ont su vous guider et vous accompagner à bon port. Hier, nous soulignions justement à la FSG l’excellence de nos professeurs et de nos chargés de cours. Nous avons honoré une soixantaine de personnes qui ont obtenu des évaluations exceptionnelles de leur enseignement. Au moment de remettre une petite plaque aux professeurs honorés, on pouvait aussi lire une ou deux phrases extraites des commentaires que vous faites au moment de compléter l’évaluation des cours. Je vous en donne quelques exemples : « Cloner ce prof », « Prof qui mérite un A++ », « Augmenter le salaire de ce prof, il le mérite ».

À tous ces passeurs de connaissances, à tous ces formateurs, à toutes ces étoiles, je dis merci pour leur compétence et leur dévouement.


Je vous réitère toutes mes félicitations et mes vœux de succès. Que cette carrière qui s’amorce constitue pour vous un enrichissement professionnel permanent.



Bonne fin de session et bonne chance.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire